950

Rare et très bon fusil Martini-Henry MKIV – Calibre .45 d’origine – 1887 – Enfield – Empire britannique – TBE+

Armes longues de Catégorie D

Très beau et peu courant fusil Martini-Henry MK IV – Calibre .45 d’origine – Arsenal de Enfield en 1887 – A conservé tous ses poinçons anglais – Période Empire britannique / Victoria – Arme en très bon voire excellent état.

1 en stock

Expédition sous 48H

SKU : 255-22

Toutes nos références indiquées présentes sont REELLEMENT en stock. Vous commandez - Vous êtes livrés.

Règlements en 3 ou 4 fois sans frais possibles sous conditions – nous contacter.

Tags:

Description

Très bon et peu courant fusil britannique Martiny-Henry dans son bon calibre .45/.577 (11,5mm) d’origine. l’arme est sortie de l’Arsenal d’Enfield en 1887 et réformée en… 1908. Arme emblématique, pour ne pas dire mythique, de la période la plus glorieuse de l’Empire britannique en son ère victorienne.

Cette arme fonctionne autour d’un bloc pivotant conçu par le Suisse Friedrich Von Martini  Elle est proche en apparence de celle du fusil Peabody américain mais Martini a eu l’idée de lier l’armement du percuteur interne au mouvement du levier de sous-garde alors que sur le Peabody le soldat devait en plus armer le chien après avoir rechargé et avant de tirer.

Ce mécanisme simple, novateur et fiable s’alliait à un excellent canon de calibre 45, à sept rayures doubles ou à bordure, conçu par l’ingénieur écossais Henry et particulièrement bien adapté à la poudre noire

Résultat ? Une cadence de tir de 12 coups minutes très précis, redoutable à 400 m et de portée maximale à 1700,  dont se souviennent encore zoulous et autres madhistes soudanais d’Ondourman. Hollywood a fait quelques bons films…

Notre exemplaire de 1887 et bien représentatif de cette période – il est d’ailleurs marqué de la Couronne Britannique avec le monogramme “V . R” de la reine Victoria pour “Victoria Regina”. Il est en très bon état “+”;  surtout si l’on pense à ce qu’il a du voir en 135 ans….

Bois : TBE avec traces de manipulation et juste un tout petit éclat peu gênant en arrière de culasse à peine visible sur les photos et que je signale pour être complet – bon marquages anglais et un marquage népalais bien visibles – reste de macaron illisible – Numéro et tampon de réforme britannique de 1908 bien lisible sur la crosse.  Globalement très beau. Bien meilleurs que 95% que ceux que j’ai vu en vente ces dernières années.

Parties métalliques en TTBE avec 85/90% de son bon bronzage d’origine – tous les poinçons sont beaux, nets et bien lisibles – Aucune piqure / Aucune oxydation (très rare sur ce modèle très colonial ayant trainé sous tous les climats) – surtout les poinçons anglais sont bien homogènes entre les garnitures. Les vis sont en très bon état. L’arme n’a pas été bricolée. Il est bien marqué du modèle “MK IV.1. sur le boitier et tout est bien lisible. La baguette d’origine est bien présente.

Il a conservé tout ses marquages britanniques bois et métal. Aucun n’a été gratté pour être effacé comme c’est souvent le cas.

L’état mécanique est excellent – le mécanisme de culasse fonctionne parfaitement – la percussion est franche et nette – tous les ressorts sont fermes – Aucun jeu.  Excellent état mécanique comme le canon en excellent état aussi qui possède toutes ses rayures à bordures typique de cette arme bien marquées jusqu’au bout du canon.

Il a conservé son tenon de baïonnette.

La plupart de ces armes ont servi dans l’Empire (Inde, Népal, Afghanistan, Indonésie, Chine, Afrique du Sud ….) en arme de réserve après son dé commissionnement de la première ligne dans l’armée britannique et ils y sont restés – d’où leurs marquages étrangers qui ont remplacé les britanniques et leur état souvent pitoyable. Notre exemplaire en a réchappé. C’est un miraculé…

Il est à nettoyer mais il est réellement très beau. Et c’est peu courant.

Le Martini Henry est une arme mythique de l’Histoire de l’armement par son mécanisme et sa destinée. Elle a servi durant les deux guerres anglo-afghanes, la guerre anglo-zoulou, la révolte des Madhistes au Soudan, elle a soutenue Gordon dans Khartoum assiégée, elle a maté les révoltes en Chine, en Birmanie et en Inde et elle a encore servi lors des deux guerres des Boers jusque 1901. C’est l’arme la plus citée dans les récits de Kipling et c’est celle de “l’Homme qui voulait être Roi” avec Sean Connery et Michael Caine…

C’est un pan complet de l’Histoire de la Grande-Bretagne et de son Empire.

Et il bouge encore ce bon vieux “Martini” : croyez le ou pas mais, en 2011, des marines américains en ont trouvés encore trois dans une cache talibane à Marjah dans le sud du pays… “Old soldiers never die !” comme disent les british !

Très peu sont revenus en bon état de l’Empire et l’arme est devenue somme toute assez peu courante. La notre est en plus dans un excellent état général pour une arme qui a servi longtemps outre-mer.

Elle sera une très belle addition pas facile à trouver pour un collectionneur d’armes réglementaires européennes; une arme aussi mythique que le Chassepot ou le Lebel chez nous. Très bonne pièce.

Arme de catégorie D au CSI : vente réservée aux majeurs, pièce d’identité, CNI ou passeport, en cours de validité obligatoire

Rappel : Toutes les armes de collection, de chasse, et de tir sont d’occasion et sont vendues dans l’état, sans garantie.
Toutes les armes historiques de fabrication ancienne vendues en tant que C ou D, “Collection” ou “Cow-boy shooting” , sont des armes de collection non éprouvées pour le tir et non  testées en stand. Elles ont été inspectées visuellement relativement à leur état général  mais aucune n’a été utilisée au tir et elle sont donc vendues comme non testées. L’acquéreur désirant utiliser une arme pour le tir devra impérativement se rapprocher préalablement du banc National d’Épreuve de Saint Étienne, seule entité habilitée à délivrer des certifications d’épreuves préalable à un usage de tir.

close

Ne manquez pas nos nouveautés entrées en stock récemment !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.