850

Très beau revolver Colt poudre noire – Mod. 1851 Navy – RARE fabrication COLT USA (pas italienne !) de 1977 – 6 coups – calibre 36 – TBE

Revolvers et pistolets de catégorie D

Beau revolver Colt à poudre noire – Modèle 1851 NAVY – fabrication américaine de chez Colt – Pas une réplique italienne ! – Cowboy shooting- cinq coups – calibre 36 – bonne fabrication US de 1977 – TBE

1 en stock

Expédition sous 48H

SKU : 594-22

Toutes nos références indiquées présentes sont REELLEMENT en stock. Vous commandez - Vous êtes livrés.

Règlements en 3 ou 4 fois sans frais possibles sous conditions – nous contacter.

Tags:

Description

Qui ne connait le Colt 1851 Navy ? Une légende…

Quand on voit cette silhouette mythique, on est déjà dans “Le bon, la brute et le truand” (c’est celui de “Blondin”, alias de Clint Eastwood, et de son fameux: “Et, toi, tu creuses…” ). C’est aussi celui du Lieutenant Dunbar dans “Danse avec les Loups”.

Son cliquetis à quatre crans, annonciateur des orages de feu, est reconnaissable entre tous et en a fait aussi une star de cinéma de “Mon nom est personne” à ” True Grit” en passant par “Little Big Man” et même une apparition dans le remarquable “American Beauty”…

C’est LE flingue de l’Ouest Sauvage avec mon autre petit chouchou, le Remington New Army Model 1858.

Ses utilisateurs célèbres ? En vrac, comme ça, juste pour le fun et la légende: Wild Bill Hickok, Buffalo Bill  John Henry “Doc” Holliday, l’explorateur Richard Francis Burton, l’Emir Abdelkader, les commandos Boers, Charlie Goodnight, les généraux Robert E. Lee, Nathan B. Forrest, Ivan Turchin, Ulysses S. Grant, les guérilleros confédérés des Quantrill’s Raiders, l’aventurier “chinois” Frederick Townsend Ward, et la plupart des plus célèbres gibiers de potence du Grand Ouest de ces années folles avant l’heure.

Wild Bill Hickok appréciait le Navy 1851 pour sa prise en main et sa précision. Un expert nous dira-t-on : une centaine d’hommes tués au cours de sa carrière. Il en portait deux à la ceinture aussi ce 2 août 1876, au saloon Nuttal & Mann’s de Deadwood, Dakota du Sud. La seule fois où il s’est assis le dos à la porte… Qui a vécu par le Colt périra par le Colt. Amen !

Au calibre .36 du Colt Paterson mais aussi plus léger que le Colt 1848 Dragoon, le 1851 est plus maniable. Son nom est trompeur, car s’il a été au départ pensé pour un usage de marine, le 1851 Navy a été en majorité utilisé par l’infanterie, les soldats appréciant la maniabilité et le faible recul (calibre 36 au lieu du 44 sur le Dragoon) de cette arme conçue au départ pour les marins. Environ 35 000 Colt Navy furent achetés par le gouvernement américain, dont 20 000 pour équiper l’armée et 15 000 pour la marine. En tout 215.348 exemplaires d’époque ont été produits entre 1850 et 1873 à Hartford chez Colt auxquels s’ajoutent 42.000 exemplaires fabriqué à Londres entre 1853 et 1856. Beaucoup de ceux-là ont servi en Crimée.

La gravure présente sur le barillet de ce modèle représente une bataille navale entre la Marine du Mexique et la Marine du Texas dite bataille de Campèche.  Un clin d’œil de Colt à son premier gros client institutionnel, la Marine de l’État du Texas qui  lui avait acheté sa première réalisation sérieuse, le Colt Paterson, père de tous les Colt jusqu’au 1873.

Au demeurant, ne pas s’y tromper du fait de leur changement à poudre noire vers l’avant du barillet qui est aujourd’hui totalement archaïque au standard moderne. Ces révolvers n’étaient pas des jouets pour petits garçons : armes très précises et fiables, de gros calibre, et qui tiraient du plomb mou, elles étaient redoutables ! Les bilans des grandes batailles du dernier quart du XIXième siècle et des plus rapides des “gunners” de l’Ouest sont en soi éloquents.

Le notre est assez peu courant.  C’est un “moderne” Colt de chez Colt. Son numéro de série le situe vers 1977. Mais ce n’est pas une repro italiénnne moderne. C’est bien un vrai Colt, bien marqué “Colt’s Patent” sur le coté gauche de la carcasse et sur le barillet. Le canon porte la mention”Adress SamL – pour Samuel – Colt New york City” comme sur les “d’époque”. Les italiens n’ont pas le droit de mettre de telles mentions Colt sur leurs reproductions. Les poinçons sont aussi très différents.

L’arme est juste magnifique – ajustements au top –  toutes les pièces – (hors les vis qui, au passage, sont toutes en parfait état) – sont numérotées y compris les pièces de chargement (autre différence avec les repros italiennes) – la fabrication est également plus lourde que les italiennes (sans doute la qualité des aciers) – très beau bois très clair genre loupe quasiment sans trace de manipulation.

Magnifique jaspage gris sur fond argent – bronzage noir profond – mécanique impeccable – Cliquetis jouissifs – État superbe.

Il vous sera livré dans une boite en bois de très belle facture avec clé – portant à l’intérieur en son centre un médaillon commémoratif à la gloire du beau Samuel (Colt) – Un moule à balle du calibre 36 de chez Uberti sera également fourni en prime avec quelque balles plomb. On est comme ça chez maître Flingus !

Si vous voulez vraiment compléter la boite il ne manque que la poire à poudre, un tournevis genre d’époque et la clé pour les cheminées du calibre 36. Le tout se trouve pour 3 francs six sous chez Perdesoli ou Pietta. L’ensemble fini sera top de chez top !

C’est réellement une arme de qualité supérieure (même aux Uberti qui ne sont pourtant déjà pas si mal), très proche de la qualité des originaux neufs de la fin du XIXième siècle. Il y a longtemps qu’on ne fait plus des répliques de cette qualité, surtout depuis que Colt est passé sous le contrôle de CZ. C’est un collector.

Offrez vous un “vrai” 1851 de chez Colt de qualité vraiment top pour une fraction du prix d’un original !

Il satisfera autant un collectionneur fan d’Histoire du Grand Ouest qu’un éventuel tireur sportif à l arme ancienne. Bonne pièce.

Arme de catégorie D e) au CSI : CNI ou passeport en cours de validité obligatoire.

**********************************************************************************************************************************************************************

Répétons le ! L’armurerie Flingus Maximus à Paris et partout en France est là aussi pour vos formalités armes entre particuliers, le rachat de collections armes et militaria,  vos estimations d’armes, vos questions armes dans les successions et héritage. Contactez votre armurier préféré via notre formulaire de contact ou à contact@delerea.com

Rappel : Toutes les armes de collection, de chasse, et de tir sont d’occasion et sont vendues dans l’état, sans garantie.
Toutes les armes historiques de fabrication ancienne vendues en tant que C ou D, “Collection” ou “Cow-boy shooting”, sont des armes de collection non éprouvées pour le tir et non  testées en stand. Elles ont été inspectées visuellement relativement à leur état général et mécanique mais aucune n’a été utilisée au tir et elles sont donc vendues comme non testées. L’acquéreur désirant utiliser une arme pour le tir devra impérativement se rapprocher préalablement du banc National d’Épreuve de Saint Étienne, seule entité habilitée à délivrer des certifications d’épreuves préalable à un usage de tir.

close

Ne manquez pas nos plus belles nouveautés entrées en stock récemment !

Nous publions seulement une à deux lettres de nouveautés par mois pour vous montrer nos pièces les plus intéressantes.
Ne les ratez pas !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Et aucun mail en dehors des commandes ou des questions ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.