1.200

Exceptionnel fusil d’Infanterie modèle 1822 T (pas Tbis) – Manufacture Royale de Mutzig 1838 – baïonnette – État MUSÉAL

Armes longues de Catégorie D

Exceptionnel Fusil fusil d’infanterie modèle 1822 T (et pas TBIS) à percussion et canon lisse- Manufacture Royale de Mutzig en Alsace- Fabriqué en octobre 1838 – Cachet lisible sur le bois. Parfaitement homogène – Baïonnette  – État muséal.

1 en stock

Expédition sous 48H

SKU : 278-22

Toutes nos références indiquées présentes sont REELLEMENT en stock. Vous commandez - Vous êtes livrés.

Règlements en 3 ou 4 fois sans frais possibles sous conditions – nous contacter.

Tags:

Description

Fusil fusil d’infanterie modèle 1822 T (et pas TBIS) à percussion et canon lisse donc Fabriqué en octobre 1838 par la Manufacture Royale de Mutzig en Alsace – Ce modèle est plus lourd et plus massif que les modèles 1816 par exemple. Sa particularité, outre d’être T et pas Tbis, est d’être exceptionnel dans son état.

Cette arme, surtout non modifiée BIS à partir de 1840, est difficilement up-gradable  dans une collection.  Il n’est pas juste très bien conservé” il est en “excellent état plus” (et Dieu seul sait si je suis maniaque sur les états….). Je n’en ai jamais eu de plus beau.

C’est le modèle parfait pour une collection. Tirer avec risquerait de l’abimer sur une simple erreur de manipulation et je ne recommande pas. Mais comme dit la chanson: chacun fait ce qui lui plaît…

La platine est bien marquée “Manufacture ROYALE DE MUTZIG” – poinçonnée C dans un écu sous couronne et D en écu – L’arme date de 1838. Elle est matriculée “M457”.

L’arme est mécaniquement parfaite et tient ses crans impeccablement.

Le bois est superbe un noyer du plus bel effet quasi neuf avec juste de très éparses traces de manipulationsVraiment très très beaux. Les fers sont quasi parfaits avec quelques traces de doigts éparses (platine et sommet canon). La crosse a encore son beau timbre-macaron parfaitement lisible (très rare sur ces modèles anciens et indice certain d’une très belle conservation) marqué du mois d’octobre “8bre” 1838 (comme sur son canon), et bien sûr de la manufacture de Mutzig comme la Platine.

Le tampon de crosse porte les initiales des contrôleurs “C” et “L” et sa pastille centrale de buis bien marquée “MR” pour Manufacture Royale. La crosse porte encore deux poinçons bien nets d’inspection couronnés sur le bois coté droit avec encore le “C” couronné de l’inspecteur des bois au dessus de la mention “Mutzig” estampée aussi dans le bois.  Sur le coté gauche, la crosse porte un poinçon M non couronné et la mention “Rouen”. Elle ne porte pas de matricule chiffré sur la crosse et la baguette ou d’attribution d’unité en plaque de couche. Elle a donc du être livrée directement à la Garde Nationale (créée en 1831) de cette ville en 1838 sans affectation préalable à une unité militaire de ligne puis disparaitre des registres et être impeccablement conservée depuis lors.

Toutes les garnitures sont en fer. Ces garnitures sont toutes en état parfait et bien toutes poinçonnées “C” + “B” sous couronne. L’arme est parfaitement homogène. Aucune n’a été changée en 184 ans…

Tous les marquages de manufacture et de modèle, les indications de calibres de 18 et les poinçons sont tous bien profonds, très nets et parfaitement lisibles. Les vis sont toutes poinçonnées “4”  ou “M4” sauf une. Elles sont en parfait état. 

L’arme est dans un état quasi originel. Le canon est dans un état exceptionnel surtout si ont tient compte de l’âge bientôt bicentenaire de l’arme. Il est matriculé “E” et “MI” et “1838”,  bien la même année que la crosse, à droite,  et, à gauche, “M” “457, “cal 18” pour le calibre et un “E” sous couronne d’inspection. La queue de culasse est marquée “2213” et bien nettement du modèle “1822 T”.  La baguette est bien du bon modèle et également bien poinçonnée. La plaque de couche et le bois à la jonction de la plaque de couche sont en excellent état ce qui est rare sur ces armes très anciennes désormais.

Les ajustements sont parfaits. Rien n’a été démonté ou bricolé. Aucune mention d’un autre arsenal que Mutzig bien évidement pour une arme n’ayant subit aucune transformation après sa production en 1838.

L’arme vient avec sa baïonnette modèle 1822 aussi qui se fixe et se retire sans aucune difficulté à l’arme.

Le 1822 non transformé Bis est très peu courant, 95% ayant été rayés par la suite à partir de 1840. Le 1822 est une arme phare de l’armement français qui à connu tous les combats de l’Espagne Carliste en 1823 en passant par l’Algérie et même la guerre de 1870. Il a participé à la Révolution de 1830 et aux Trois glorieuses de 1848.

Cette arme fait partie d’un lot de quatre armes du système T/Tbis que je viens de rentrer de chez un collectionneur maniaque sur l’état et elles sont toutes les quatre les plus belles que j’ai jamais vues dans ces systèmes.

Ensemble magnifique de qualité réellement muséale et très difficilement trouvable dans cet état surtout sur un modèle non transformé BIS. Pour un collectionneur exigeant d’armes réglementaires françaises. Un must.

Arme de catégorie D au CSI : pièce d’identité, CNI ou passeport,  en cours de validité obligatoire

Rappel : Toutes les armes de collection, de chasse, et de tir sont d’occasion et sont vendues dans l’état, sans garantie.
Toutes les armes historiques de fabrication ancienne vendues en tant que C ou D, “Collection” ou “Cow-boy shooting” , sont des armes de collection non éprouvées pour le tir et non  testées en stand. Elles ont été inspectées visuellement relativement à leur état général  mais aucune n’a été utilisée au tir et elles sont donc vendues comme non testées. L’acquéreur désirant utiliser une arme pour le tir devra impérativement se rapprocher préalablement du banc National d’Épreuve de Saint Étienne, seule entité habilitée à délivrer des certifications d’épreuves préalable à un usage de tir.

close

Ne manquez pas nos nouveautés entrées en stock récemment !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.