Vendu !

950,00

Magnifique Pistolet Walther P38 – Fabrication Mauser Oberndorf de 1944 – Bronzage d’origine à 98% – Mécanique et esthétique impeccable – Excellent état

Revolvers et pistolets de catégorie B

Splendide Walther P38 – Fabrication Mauser vers début 1944 – très beau bronzage – plaquette bakélite noire en TBE et non décolorées – Mécanique impeccable – Aucun poinçon parasite – Canon miroir – Arme premium à l’état quasi neuf  !! 

Vendu !

SKU: 783-23
Tags:

Description

Le P38. Un symbole. Une sorte de perfection en soi aussi.

Bien sûr, depuis, on a fait plus léger, plus design, on a cumulé le maximum de perfectionnements sur chaque arme pour mieux les vendre, on a expliqué au tireur qu’avec ce nouveau super canon ou ce nouveau guidon venu de l’espace, la balle allait aller toute seule dans le 10 à 75 mètres. Mais bon.

En fait, si on avait pu arrêter l’histoire du pistolet semi auto avec le P38, il ne nous manquerait pas grand chose aujourd’hui. Glock peut-être. Parce qu’il représente le pistolet de combat de notre époque avec de nouveaux matériaux, un retour à la robustesse et à l’usage intrinsèque d’une arme à feu de poing et avec les indéniables qualités techniques qui ont fait son succès. Le Gen 5 est vraiment très bien. Le canon notamment. Mais bon, des Glock, j’en vends alors que j’admire, sans dévotion, mais en professionnel, le P38.

Vers 35, dans la perspective d’un nouveau mauvais coup, outre Rhin, on s’est mis à réfléchir. Fallait bien trouver un successeur au P08 de Georg Luger – quelque chose d’encore plus fiable, de plus moderne dans la forme et au transport, de plus résistant au combat, la genouillère et l’extracteur restant des points faibles en dépit d’une qualité de fabrication irréprochable. et surtout de beaucoup moins cher à fabriquer. Les armes avaient quand même fait quelque progrès depuis 1900.

Finalement c’est le meilleur concepteur d’armes de l’époque, Walther qui a emporté le marché en 1938. Mais la production n’a vraiment commencée que fin 1939.

L’arme est excellente, précise pour une arme de combat même s’il faut sérieusement contre-viser à 25 mètres (encore une fois les pistolets et révolvers – surtout réglementaires – n’ont jamais été faits pour tirer à 25 mètres – c’est une lubie du monde moderne!).

Walther a bien travaillé. Le P38 a été le premier pistolet à culasse verrouillée à utiliser une gâchette double action / simple action. Après qu’il ait été armé et chargé, l’utilisateur pouvait abaisser le chien à tout moment . En cas d’urgence, dans lequel la précision importait moins que la vitesse, une simple pression de la détente permettait de tirer. Le P38 dispose aussi d’un indicateur de chambre chargée visible et tactile sous la forme d’une tige métallique qui dépasse de l’arrière de la glissière lorsqu’une cartouche est chambrée. L’arme est extrêmement bien construite et fiable. Calibre 9X19.

L’arme a été adoptée par l’armée, la marine, la SS et la Croatie dès avant guerre. Les allemands l’ont trainée sur tous les fronts. Plus d’un 1,2 millions produits. Beaucoup ont disparu dans l’enfer de 39-45. Les derniers sont sortis de chez Spreewerk en avril 1945 dans le crépuscule final du III° Reich dans des conditions de productions concentrationnaires. Ce qui n’a pas empêché les français d’obliger les allemands à en sortir encore un petit lot de 3.500 unités milliers en 194/46 pour équiper nos troupes d’Indochine qui manquaient de tout.

Les russes qui ont largement supporté le poids de la guerre en ont capturé des tombereaux. Du coup, on l’a retrouvé partout et sous toutes les latitudes de la Chine à la Norvège, en Algérie et au Mozambique.

Trois producteurs pendant la guerre: Walther (code AC), Mauser (code byf)  et Spreewerk (code cyq).  L’arme est si excellente qu’elle a continué à être produite longtemps après guerre pour beaucoup de polices et de civils (avec les modèles P1 et P4) y compris par Manurhin en France, d’excellentes finitions. La Police allemande ne les a remplacés que dans les années 90 et la Bundeswehr a tiré avec jusqu’en 1995. Belle carrière !

Il a directement inspiré le modèle le plus fameux de Berretta fin XXième siècle, le Beretta92, devenu réglementaire dans l’armée des USA.

Bref une star de l’Histoire de l’armement individuel.

Notre exemplaire est un bel exemplaire de chez Mauser Oberdorf – il est de 1944 et la fabrication est encore excellente – Bien Marqué BYF44.

Très beau “bronzage” militaire fin de guerre d’époque à 98% avec quelques arrêtes un peu blanchies (vraiment en TBE!)  – Poinçon Waffenamt 135 de chez Mauser Oberndorf bien sûr un peu partout  – Aigle à roulette pour attribution à l’armée bien visible entre deux waffenamt 135 à droite. Aucun poinçons anglais comme très souvent.

Est il intégralement mono matricule ? Strictement non. Toutes pièces “3690d” et glissière …”3990 d” et cela m’amuse.

Pourquoi ?

Une telle proximité de chiffre et de lettres, dans une même police, avec confusion d’un six et d’un neuf si facile à confondre par simple inversion me laisse penser que c’est bien quand même sa glissière à lui depuis l’origine. Un tel hasard de chiffre et de lettre suffixe identique serait proche du Loto ! Pour moi cette inversion d’un chiffre en fait plus un témoin historique des conditions “esclavagistes” de cette production de fin de guerre plus intéressant que s’il était mono-matricule… C’est la première fois que je vois ça et ce sera sans doute la seule !

L’arme a bien ses plaquettes de bakélite bien noires non décolorées en parfait état. Elles sont rarement aussi belles. Les lettres ‘Sécurité” “Feu” sont encore colorées d’origine (S toujours blanc et le F toujours rouge). Ce n’est donc pas une arme de prise russe revenues chez nous. Ce ne serait d’ailleurs pas si discriminant pour moi car, sans les stocks de prises russes, le P38 serait bien plus rare et bien cher chez nous. Eux ont en effet conservé les stocks de prises quand d’autres les ont détruits et beaucoup sont revenus chez des importateurs allemands et anglais dans les années 90…

Mécaniquement, il est absolument impeccable avec des ressort bien fermes – une percussion franche – un fonctionnement simple action souple – Aucune oxydation ou corrosion nulle part – Peu de marques de manipulation – Dire que le canon est miroir avec de belles rayures est en dessous de la vérité 😉

Très très belle arme à l’état preque neuf !

In fine une arme mythique de l’Histoire de la seconde guerre mondiale, dans son état d’origine et en excellent état.

ARME DE CATÉGORIE B AU CSI : SOUMISE À AUTORISATION, PHOTOCOPIE DE LA PIÈCE D’IDENTITÉ ET ORIGINAUX DES VOLETS 1 ET 2 DE L’AUTORISATION. Expédition contre signature en deux colis séparés d’au moins 48 heures obligatoire.

**********************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Répétons le ! L’armurerie Flingus Maximus à Paris et partout en France est là aussi pour vos formalités armes entre particuliers, le rachat de collections armes et militaria,  vos estimations d’armes, vos questions armes dans les successions et héritage. Contactez votre armurier préféré via notre formulaire de contact ou à contact@delerea.com

Ne manquez pas nos plus belles nouveautés entrées en stock récemment ! Une lettre de nouveautés par mois seulement ! Ne les ratez pas !

Nous n’envoyons aucun mail en dehors des commandes ou de vos questions ! Lisez notre politique de confidentialité